Assurance de prêt immobilier pour agriculteur : tout ce qu’il faut savoir

Accident causé par une machine ou un animal, chute, exposition à des produits toxiques… Les agriculteurs font face à de nombreux risques dans l’exercice quotidien de leur activité.
C’est pourquoi ce métier est considéré comme “à risque” par les banques et organismes de crédits. De ce fait,  l'obtention d'une assurance emprunteur s'avère plus difficile pour les agriculteurs.
Voici nos explications et nos conseils.

Pourquoi souscrire à une assurance prêt immobilier quand on est agriculteur ? 

Perçu comme “à risque” par les assureurs, le métier d’agriculteur peut représenter un frein ou un obstacle dans l’obtention d’une assurance de prêt immobilier.
Il s’ajoute déjà aux risques contre lesquels un établissement prêteur aime se prémunir : décès, invalidité, perte totale et irréversible d'autonomie, incapacité de travail temporaire ou permanente ou encore perte d’emploi (pour les salariés agricoles). 

La banque exige souvent toutes ces garanties - en échange de l’accord de prêt - afin d’être protégée et remboursée en cas de défaut de paiement de l’emprunteur. 

Dans ce contexte, il peut être difficile pour les agriculteurs (qu’ils soient salariés ou chefs de leurs entreprises, propriétaires ou locataires des terres) d’obtenir une assurance de prêt immobilier. 

Agriculteur : comment obtenir une assurance emprunteur ? 

Dans le cadre de ce métier dit “à risque”, l’assureur cherchera à en savoir plus sur l’exposition de son client aux dangers identifiés. Une recherche des éventuels antécédents sera également menée, le tout via un questionnaire d’assurance de prêt. 

S’il varie d’un assureur à un autre, le questionnaire aborde presque toujours les thèmes suivants : 

  • Outils et machines utilisés, Exposition et/ ou manipulation de substances chimiques (tels que les engrais),
  • Port et déplacement de charges de plus de 15 kg,
  • Travail en hauteur (souvent au-delà de 3 mètres).

La recherche d’antécédents concernera surtout d’anciens arrêts de travail provoqués par un accident ou une maladie direction lié au métier d’agriculteur. 

Une fois ces divers points éclaircis, l'organisme assureur pourra : 

  • Refuser l’assurance de prêt immobilier (un cas extrême mais pouvant se produire),
  • Imposer des exclusions de garanties,
  • Exiger le paiement d’une surprime,
  • Modifier les délais de carence et/ou de franchise.

Par conséquent, le coût d’assurance de prêt se voit fortement relevé. 

Comment choisir la meilleure assurance emprunteur pour le métier d’agriculteur ? 

Pour obtenir la meilleure assurance emprunteur pour son prêt immobilier, un agriculteur aura plusieurs options : 

  • Faire jouer la concurrence : en obtenant différentes offres d’assurances de prêt, l’agriculteur-emprunteur peut analyser et comparer plusieurs offres, afin d’être sûr d’opter pour la meilleure.
  • Négocier : disposer de plusieurs offres permet d’avoir une bonne idée du marché et des différentes offres, afin de pouvoir ensuite négocier auprès de l’assureur proposant potentiellement l’offre la plus intéressante.
  • Se tourner vers une entreprise indépendante spécialisée dans les métiers à risque : si les assureurs “classiques” ne proposent pas d’offres adaptées, l’emprunteur est libre de se tourner vers une compagnie présentant une offre dédiée et sur-mesure.
  • Faire appel à un courtier : cela reste la meilleure solution pour gagner du temps et bénéficier de l’offre la plus avantageuse, le tout en étant accompagné de quelqu’un connaissant votre profil et défendant vos intérêts auprès de ses nombreux partenaires assureurs.
Bon à savoir

Depuis 2010, les emprunteurs ne sont plus obligés de souscrire un contrat d’assurance auprès de la banque octroyant le crédit. Ils sont donc libres de faire jouer la concurrence afin d’obtenir un contrat plus avantageux.

À retenir
  • Le métier d’agriculteur est une profession dite “à risque” et est parfois un obstacle dans la souscription d’une assurance de prêt immobilier. 
  • Pourtant, l’assurance de prêt est incontournable afin que l'organisme prêteur se prémunisse en cas de défaut de paiement de l’emprunteur. 
  • Avant de proposer un contrat d’assurance, l’assureur cherchera, via un questionnaire, à connaître l'exposition réelle de son client aux dangers identifiés.
  •  Il pourra décider ensuite de refuser l’assurance, d’appliquer une surprime ou encore de modifier les délais de carence et franchise. 
  • N’hésitez pas à vous rapprocher d’un courtier pour qu’il négocie pour vous la meilleure offre d’assurance.
Marc Pilette
Par Marc Pilette le 26/07/2022
Mis à jour le 26/07/2022
Jusqu’à 60% d'économie(1) sur votre assurance emprunteur
Obtenir un devis gratuit

Assurance prêt immobilier

Economisez jusqu'à
15 000€(2) sur votre crédit
Obtenir un devis gratuit
  • 2 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 24 474 avis
230 Agences