CAFPI
CAFPI Mag
#Crédit 

Le prêt à taux zéro en 2018

Pour rappel, le PTZ ou prêt à taux zéro est un prêt délivré par l’Etat, sans intérêt ni frais, destinés aux primo-accédants dont l’objectif est de les aider à accéder à la propriété. La bonne nouvelle est que cette aide est maintenue en 2018 et pour les quatre années suivantes.

J'achète mon premier logement: PTZ 2018

Le PTZ en 2018

Le PTZ 2018 reste une aide dans le cadre de l’accession à la propriété. Il est destiné aux ménages français et peut être cumulé à d’autres prêts aidés. Parmi eux, nous pouvons citer le prêt PAS (prêt à l’accession sociale), le prêt conventionné, le 1% employeur ou encore le prêt d’épargne logement.

Le montant accordé au ménage est défini en fonction de la situation géographique du projet, des revenus et de la composition du foyer du revenu du foyer, du nombre de personne dans le foyer, et du type de projet immobilier.

Le PTZ 2018 est constitué d’une période de différé d’une durée de 5, 10 ou 15 ans, durant laquelle le ménage ne paie aucune mensualité sur son PTZ. Cette durée se base sur les mêmes critères qui définissent le montant du PTZ. Généralement, la durée et le différé de remboursement sont plus longs pour les foyers les plus modestes.

Quelles sont les conditions pour pouvoir en bénéficier ?

Pour pouvoir bénéficier du prêt à taux zéro (PTZ), il ne faut pas avoir été propriétaire de sa résidence principale au cours des deux dernières années (suite à un achat, un héritage ou bien une donation) et ne pas dépasser un plafond de revenus.

Autre point, l’achat doit concerner un logement neuf ou ancien avec des travaux de rénovation qui doivent représenter à minima 25% du coût total achat net vendeur. Les travaux concernent l’assainissement, la modernisation, la création ou l’aménagement de surfaces habitables et des travaux de rénovations non financés par l’ECO PTZ.

Enfin, il faut que le logement soit acheté à usage de résidence principale ou qu’il appartienne au plan locatif social.

Bon à savoir

Sur décision du gouvernement, le PTZ a été reconduit pour une durée de 4 ans.

Les changements du PTZ 2018

Si les conditions d’accès n’ont pas changé, son champ d’application, en revanche, a subi quelques modifications.

L’objectif premier de l’Etat avec ces changements est de réaliser des économies sur les 800 millions d’euros de dépenses annuelles réalisées et d’optimiser ces dernières en concentrant le dispositif sur les zones les plus utiles.

Si la version 2017 était disponible sur l’ensemble du territoire (zones A, A bis, B, B1, B2 et C), la version 2018 se recentre désormais sur les zones tendues (A, A bis et B1) là où les demandes de logements sont particulièrement fortes (grandes agglomérations). Le PTZ permettra toujours d’emprunter 40% du prix d’achat du bien dans le cas d’un logement neuf, alors que la rénovation dans l’ancien sera écartée du dispositif dans ces zones.

Les zones B2 et C (communes périurbaines ou rurales) comme vu précédemment, voient leurs droits régresser dans ce nouveau dispositif. Il sera en revanche possible de financer un logement neuf dans ces zones tout en bénéficiant du PTZ jusqu’en 2019 et à hauteur de 20% seulement (contre 40 auparavant). Le financement d’un bien ancien à rénover sera toujours possible si l’enveloppe des travaux représente plus de 25% du coût total de l’opération.

Avec cette annonce, l’idée est de favoriser la construction de nouveaux logements, notamment dans les zones où il faut répondre à une demande croissante.

Pour ce faire, le gouvernement a mis en place une mesure parallèle permettant d’encourager les propriétaires de terrains constructibles à les vendre.

Ces derniers pourront bénéficier d’abattements importants sur la plus-value et ce, en fonction du type de construction qui sera implanté :

  • Logements sociaux : abattement de 100%
  • Logements intermédiaires : abattement de 85%
  • Logements libres : abattement de 70%

A retenir

  1. Le dispositif PTZ 2018 ne change pas pour les projets dans le neuf pour les zones A, A bis et B1.
  2. Le dispositif prévoit un montant divisé par deux pour un projet dans l’ancien ou le neuf pour les zones B2 et C
  3. Le dispositif prévoit la fin de l’aide pour les projets dans l’ancien pour les zones A, A bis et B1.
A lire sur le même sujet :