CAFPI Courtier en crédit
Crédit immobilier : guide du premier achat

L’assurance de prêt immobilier,
l’assurance indispensable !

La souscription à une assurance de prêt immobilier n’est pas obligatoire mais est souvent exigée par l’organisme prêteur. L’emprunteur est libre de choisir l’organisme pour son assurance de prêt et n’est pas obligé de souscrire à celle proposée par la banque.
Mais quels sont exactement les risques couverts par l’assurance ?

A quoi sert l’assurance emprunteur ?

L'assurance emprunteur ou assurance de prêt immobilier permet de vous protéger, ainsi que les membres de votre famille, contre d'éventuels risques et aléas de la vie. Elle permet également de sécuriser l'opération de financement et protéger l'établissement prêteur.

Ce type d’assurance permet de vous garantir contre des risques physiques comme le décès, l’incapacité et l’invalidité. La souscription d’une garantie supplémentaire peut couvrir également les risques comme le chômage ou les moins-values lors de certaines ventes.

L’assurance emprunteur n’est pas obligée par la loi mais permet de couvrir les risques suivants :

Le décès et la perte totale irréversible d'autonomie (DC/PTIA)
L'assurance emprunteur couvre le décès, mais également les cas d'invalidité extrêmement grave, nommée "perte totale et irréversible d'autonomie" (PTIA). Au décès de l'emprunteur, le paiement du capital restant dû sera garanti par l'assurance.

L'invalidité et l'incapacité de travail
L’assurance du prêt permet une prise en charge du remboursement des mensualités lorsque l'emprunteur-assuré ne peut plus exercer son activité professionnelle.

La perte d'emploi
Cette assurance intervient en cas de perte d'emploi pour l'emprunteur. Dans ce cas, l'assurance prendra en charge les échéances du prêt.
Cette garantie est optionnelle et peut être proposée à l’emprunteur lorsque celui-ci est salarié en CDI (contrat à durée indéterminée).
Attention seule la perte d’emploi involontaire hors période d’essai est couverte. Ce ne sera donc pas le cas pour une démission ou une mise en retraite par exemple.

Bon à savoir :

La durée de l’assurance emprunteur est temporaire et limitée à la durée de votre crédit immobilier.
Si vous êtes concerné par un des 3 cas précédents pendant cette période, c'est votre assurance emprunteur qui se chargera de rembourser totalement ou partiellement votre emprunt auprès de l'organisme prêteur (votre banque).

Qu’est-ce qu’une quotité d’assurance et comment la choisir ?

Une quotité d’assurance représente la part du prêt couverte par l’assurance. Dans le cadre d’un emprunt immobilier, la quotité d’assurance fait référence à la part de capital à garantir. Dans le cas où un accident survient et s’il est couvert par votre assureur, ce dernier prendra alors en charge l’intégralité du capital restant dû à l’établissement prêteur.

Conformément au contrat initial, toutes les périodes de carences ou de franchises seront automatiquement déduites. Le remboursement se fera lui, à hauteur de la quotité définie. Le choix d’une quotité par rapport à une autre est généralement fixé par rapport aux revenus de l’emprunteur.

Pour un emprunteur seul, une quotité de 100% sera obligatoirement exigée par l’organisme prêteur. En revanche, dans le cadre d’un emprunt avec un co-emprunteur la quotité est divisible. Ils peuvent répartir entre eux la couverture de l'assurance.

Pour cela, plusieurs solutions s’offrent à eux. Les emprunteurs ont la possibilité de répartir de deux manières différentes la quotité de prêt :

  • Une quotité pour chaque emprunteur, répartie en fonction des capacités de remboursement et totalisant 100% du prêt immobilier : 30% / 70% - 40% / 60% - 50% / 50%.

Dans ce cas, l’assureur ne remboursera que la part de l’assuré sinistré à la hauteur de la quotité pour laquelle il était assuré.

Exemple : Dans un couple, le mari est assuré à hauteur de 70% et sa femme des 30% restants. Dans le cas où le décès du mari interviendrait pendant la période de remboursement du prêt contracté, l’assureur prendrait alors en charge 70% des échéances, laissant à son épouse le soin de régler les 30% prévus initialement.

Dans le cas où un seul des deux emprunteurs est actif, il est possible, sous réserve de l’accord de l’organisme prêteur, d’assurer seulement l’emprunteur qui travaille à hauteur de 100%. En cas de décès du co-emprunteur, sa capacité à rembourser le capital restant dû ne serait pas altéré.

  • ​Les deux emprunteurs prennent une assurance à 100% pour le montant total du prêt, totalisant ainsi 200%.

​En effet, en cas de décès de l’un des emprunteurs, le prêt sera soldé dans sa totalité, par l'assurance souscrite. Ainsi, le co-emprunteur restant, sera exempté du paiement des échéances.

Bon à savoir :

Cette option est fortement recommandée car vous êtes certains que votre prêt immobilier sera remboursé dans son intégralité par l’assureur si l’un des conjoints venait à décéder.
Cependant, il faut être conscient du fait que cela implique de payer plus cher sa cotisation d’assurance. Les différences de tarifs peuvent d’ailleurs être très importantes et représentent un coût non-négligeable.

A retenir :

  • L’assurance emprunteur n’est pas obligatoire mais elle est exigée par les banques pour accorder le crédit immobilier.
  • La banque ne peut pas vous imposer son assurance.
  • Les garanties couvertes concernent le décès et la perte totale irréversible d’autonomie (PTIA) ainsi que les cas d’incapacité et d’invalidité.
  • L’emprunteur peut ajouter une garantie perte d’emploi.
  • Les emprunteurs choisissent la répartition du prêt couvert : c’est la quotité. Elle est au minimum de 100% et au maximum de 200%.
  • Le coût de l’assurance emprunteur varie en fonction de votre situation médicale et professionnelle, ainsi que de la quotité couverte par chaque emprunteur.

Besoin d'être
accompagné ?

Détaillez votre projet
à nos conseillers spécialisés

DÉMARRER UNE ÉTUDE GRATUITE