CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Assurance 

Emprunter en couple : quel niveau de couverture choisir pour l’assurance de prêt ?

Plus d’un crédit immobilier sur deux est aujourd’hui contracté en couple : afin de se protéger mutuellement, les co-emprunteurs doivent souscrire une assurance de prêt . Celle-ci garantit le remboursement de l’emprunt si l’assuré est victime d’un risque couvert par le contrat (décès, invalidité, etc.). Et contrairement à un projet solo, le taux de couverture de chacun est modulable. La question se pose alors : quel niveau de couverture choisir et sur quels critères ?

photo_interieure_assurance_pret_couple

Une couverture minimale à 100%

Dans le cadre d’un prêt immobilier à deux, l’assurance emprunteur doit être répartie entre les conjoints. On parle ainsi de “quotité” pour désigner la part du capital emprunté que couvre chaque assuré. Si l’un des co-emprunteurs n’est plus en capacité de rembourser le prêt, l’assurance prend alors en charge le crédit à hauteur de la quotité choisie.

Il est possible de choisir un niveau de couverture différent pour les conjoints, à condition que la somme des quotités individuelles soit au moins égale à 100%. Cette répartition doit reposer sur une analyse approfondie de la situation du couple.

  • L’un des conjoints rembourse une part importante du crédit : il est alors plus prudent d’opter pour une couverture à 70% pour ce dernier et à 30% pour son co-emprunteur. Cette solution protège ainsi la personne disposant des revenus les plus faibles : en cas de défaillance du premier, l’assurance remboursera le capital restant dû à hauteur de 70%.
  • En revanche, si les co-emprunteurs ont un niveau de revenus équivalent et présentent des risques similaires, une répartition 50-50 peut être suffisante. Dans ce cas de figure, chacun doit être en mesure de rembourser sa part du crédit (50%) si l’autre vient à disparaître.

Cette répartition correspond au tarif le moins élevé mais il s’agit également de la protection la plus basse. Ainsi, en 2021, moins de 20%* des emprunteurs optent pour une quotité 50-50. Pour plus de sérénité, il est conseillé d’assurer 75% par tête. En effet, outre le remboursement du crédit, un achat immobilier implique d’autres frais annexes (taxes, entretien, etc.) que le co-emprunteur devra désormais assumer seul.

Une couverture optimale à 200%

Pour une protection maximale, les co-emprunteurs peuvent choisir une couverture à 200%. Dans ce cas, chacun s’assure à hauteur de 100% : en cas de décès ou d’invalidité empêchant l’un des conjoints de rembourser sa part du crédit, l’assurance solde le prêt dans son intégralité. Le co-emprunteur n’a plus rien à payer et conserve la propriété du bien.

Le comparateur d’assurance de prêt Hyperassur estime que 65%* des emprunteurs cherchent une protection à 200% en 2021. Une telle couverture est, certes, rassurante mais cette sécurité a aussi un coût. Le montant des cotisations est en effet proportionnel au taux de couverture choisi : plus il est élevé, plus la prime d’assurance augmente.

Le prix peut ainsi doubler entre une protection à 100% et l’autre à 200%.

Contrat commun ou assurance de prêt individuelle ?

Dans le cadre d’un crédit immobilier à deux, plusieurs alternatives s’offrent au couple.

Ce dernier peut tout d’abord souscrire un contrat d’assurance commun : les conjoints s’assurent alors ensemble et un tarif unique leur est proposé. Si les co-emprunteurs présentent des profils très différents - par exemple, un écart d’âge important - cette option n’est pas toujours la plus intéressante d’un point de vue financier. L’organisme va en effet intégrer cette notion de risque au calcul du prix de l’assurance emprunteur et appliquer une surprime au contrat commun.

Il existe alors une seconde option. La loi Lagarde (2010) autorise en effet les emprunteurs à ne pas adhérer à l’assurance que leur soumet la banque prêteuse. Ces derniers peuvent ainsi faire jouer la concurrence et souscrire leur contrat auprès d’un assureur indépendant, qui leur proposera des garanties et un tarif personnalisés. On parle alors de délégation d’assurance. Contracter des assurances emprunteur différentes peut s’avérer être une bonne stratégie lorsque les conjoints ne présentent pas le même niveau de risque.

Par exemple, si l’un des co-emprunteurs connaît - ou a connu - des problèmes de santé importants, la compagnie d’assurances est susceptible d’appliquer une surprime, c’est-à-dire un supplément par rapport à la cotisation de base. Ce dernier paiera donc plus cher sa prime d’assurance.

Le second co-emprunteur pourra, quant à lui, souscrire une assurance individuelle qui prendra en compte uniquement son profil. Sa couverture sera donc moins onéreuse et l’économie réalisée permettra d’équilibrer le coût global de l’assurance du couple.

*Étude menée par le comparateur d’assurance Hyperassur, sur 13 055 demandes, entre le 01/01/2021 et le 30/04/2021.

Mis à jour le 07/06/2021
Rédigé par CAFPI le 26/05/2021
A lire sur le même sujet :