CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Crédit 

Bordeaux : le profil des emprunteurs en crédit immobilier

Grâce à l’ensemble des éléments collectés par Cafpi, leader du marché des courtiers en crédits, il est possible de connaître précisément le profil des emprunteurs réalisant un achat immobilier en région bordelaise. Après analyse, il apparaît notamment que le montant moyen emprunté et la durée moyenne du prêt augmentent, tant chez les primo-accédants que, dans une moindre mesure, chez les investisseurs.
Montant moyen emprunté, revenu annuel moyen par famille, durée initiale du prêt… autant d’informations qui permettent de dresser avec précision le profil des primo-accédants et des investisseurs à Bordeaux.

Face à l’augmentation des prix à Bordeaux, montant et durée des prêts augmentent pour les primo-accédants

Les primo-accédants ayant acquis un bien à Bordeaux ont vu leur enveloppe augmenter de 21% entre 2015 et le 1er semestre 2019, passant de 201 900 € à 244 600 € d’emprunt en moyenne. Cette hausse du montant moyen emprunté est en partie due à la hausse du prix de l’immobilier dans la capitale girondine (+22,2% en 5 ans).

Dans le même temps le taux d’apport moyen est passé de 17% en 2015 à 15% en 2019 et la durée moyenne initiale du prêt s’est vue rallongée de 17 mois (271 mois en 2015 contre 288 mois en 2019).

« Le marché bordelais est particulièrement dynamique et les prix dans cette ville s’envolent depuis le début des années 2000. Par conséquent, les primo-accédants doivent emprunter plus et sur de plus longues durées afin de ne pas perdre en surface » analyse Mikel Le Gall, Directeur régional Sud-Ouest de Cafpi.

A noter

Une augmentation de 21% en 5 ans du montant emprunté à Bordeaux par les primo-accédants et par les investisseurs locatifs

Infographie du profil des primo-accédants à Bordeaux

Forte croissance des acquisitions de maisons chez les investisseurs locatifs bordelais

Le montant moyen emprunté par les investisseurs sur Bordeaux a augmenté entre 2015 et le 1er semestre 2019, passant de 191 600 € à 232 600 €. « Dans l’ensemble le profil de l’investisseur sur Bordeaux est identique ces dernières années, avec une durée initiale du prêt comprise entre 247 et 260 mois, un revenu annuel moyen par famille aux alentours de 75 000 €, même si une baisse importante s’observe sur le 1er semestre 2019 (- 5 000 €). », souligne Mikel Le Gall.

Il est à noter également que la part de maisons achetées a fortement augmenté, passant de 9% en 2015 à 21% en 2019. Cela dit, contrairement aux primo-accédants, les appartements neufs gardent la préférence des investisseurs locatifs.

Infographie du profil des investisseurs immobiliers à Bordeaux

Primo et investisseurs, des emprunteurs différents

Alors que du côté des primo-accédants le montant et la durée des emprunts n’ont cessé d’augmenter depuis 2014 et que le taux d’apport a fortement diminué, signe de l’envolée des prix à Bordeaux, du côté des investisseurs locatifs, les éléments analysés (montant, taux d’apport, revenu, durée initiale du prêt…) sont restés constants ces dernières années.

« Cela s’explique notamment par le fait que la question de la surface est moins primordiale pour l’investisseur locatif que pour le primo-accédant », souligne Nicolas Debusschere, Directeur de secteur sur Bordeaux de Cafpi. « Il est par ailleurs intéressant de constater que la baisse des taux semble entraîner une forme de démocratisation de l’investissement locatif, le revenu annuel moyen par famille de l’investisseur bordelais passant de 76 800 € en 2015 (et même 77 300 € en 2017) à 70 200 € au 1er semestre 2019 » conclut-il.

Les conditions d’emprunts très avantageuses de ce début d’année ont permis à chacun de se lancer dans son projet immobilier. « La politique accommodante de la Banque Centrale Européenne et la forte concurrence entre les banques va faciliter l’accès à la propriété, et ce jusqu’à mi 2020 au minimum », explique Philippe Taboret, Directeur Général Adjoint de Cafpi « Les taux très faibles compensent la hausse des prix de l’immobilier et permettent à chacun une amélioration de leur pouvoir d’achat », conclut-il.

A lire sur le même sujet :