CAFPI Courtier en crédit
Courtier en crédit immobilier

Simulation crédit immobilier HCSF

Résidence principale
Résidence
principale
Résidence
principale
avec travaux
Achat sur Plan
(VEFA)
Investissement
locatif
Veuillez renseigner ce champ. Veuillez renseigner ce champ.
Veuillez renseigner ce champ. Veuillez renseigner ce champ.
Étape 2
Somme des revenus nets du foyer (salaires, primes, revenus fonciers, pensions, allocations…) avant le prélèvement à la source.
Veuillez renseigner ce champ.
Indiquez le montant estimé du loyer de votre futur investissement.
Veuillez renseigner ce champ.
Somme des charges du foyer (loyer, crédit de la résidence principale, crédit conso, pension…) qui resteront à rembourser après le financement de votre projet.
Veuillez renseigner ce champ.
Étape 3
Sélectionnez la durée de remboursement pour votre crédit immobilier
7ans
  • 7
    ans
  • 10
    ans
  • 15
    ans
  • 20
    ans
  • 25
    ans
  • 27
    ans
Idéalement, il doit être au moins égal à 10% du crédit.
Veuillez renseigner ce champ.
Votre projet respecte-t-il les nouvelles règles imposées par le HCSF ?
Faites la simulation en quelques clics
et découvrez le résultat immédiatement.
Votre projet respecte
les
règles imposées par le HCSF
Ma mensualité
€ / mois
Avec % de taux d'endettement
Hypothèse de taux :
Moyenne constatée sur les dossiers CAFPI
Taux d'assurance compris*
Votre projet ne respecte pas
les règles imposées par le HCSF
    Ma mensualité
    € / mois
    Avec % de taux d'endettement
    Hypothèse de taux :
    Moyenne constatée sur les dossiers CAFPI
    Taux d'assurance compris*
    Envie d'aller plus loin ?
    Trouvons ensemble une solution
    Obtenir mon avis de faisabilité Détailler mon projet à un courtier
    • Gratuit
    • Immédiat
    * Mentions légales

    Le HCSF, Haut conseil à la stabilité financière, émet des recommandations à destination des banques en matière de prêt immobilier. La nouveauté ? A compter du 1er janvier 2022, ses dernières recommandations deviennent contraignantes. Il est donc temps d’étudier en détail l’impact du HCSF dans l’octroi d’un crédit immobilier !

    Qu'est-ce que le Haut conseil à la stabilité financière (HCSF) ?

    Le HCSF est une autorité placée sous l’égide du ministère de l'Économie et des Finances. Y participent notamment des représentants de la Banque de France et des autorités de régulation des marchés financiers. Sa mission consiste à surveiller le système financier français pour préserver sa stabilité et soutenir la croissance économique.

    Jusque-là, le HCSF émettait périodiquement des recommandations et/ou des décisions, notamment en matière de crédit immobilier. La dernière décision du 29 septembre 2021 reprend les grandes lignes de la recommandation du 27 janvier 2021 pour lui donner une force contraignante à partir du 1er janvier 2022.

    Quel est l'impact de la réglementation du HCSF sur le taux d'endettement ?

    Le taux d’endettement, aussi appelé taux d’effort, est un des premiers enjeux pour tout emprunteur. Il permet de calculer sa capacité d’emprunt. Le montant total des mensualités projetées doit rester inférieur à 35 % des revenus nets mensuels, avant impôt. Par exemple, un couple gagnant 1 800 et 2 000 euros par mois peut rembourser au maximum 1 330 euros. Les 65 % restants constituent le “reste à vivre”.

    Attention le taux d’endettement se calcule désormais avec une mensualité assurance emprunteur comprise

    Quel est l'impact de cette nouvelle réglementation sur la durée des crédits immobiliers ?

    Le HCSF limite la durée d’emprunt d’un crédit immobilier à 25 ans. Toutefois, il prévoit une exception lorsque l’entrée dans le logement est différée. La durée maximale d’emprunt peut alors être de 27 ans. Cela correspond à deux situations :

    • les prêts immobiliers accordés pour une vente en l’état futur d’achèvement (VEFA) ou pour une construction de maison individuelle par un promoteur ;
    • les prêts immobiliers accordés pour l’achat d’un bien dans l’ancien avec des travaux de rénovation représentant au minimum 25 % du montant total d’acquisition.

    Quelles sont les solutions à disposition ?

    D’après le HCSF, les ménages les plus modestes, avec moins de 20 000 euros de revenus annuels, constituent une part stable de 10 % de la production de crédit depuis deux ans. L’octroi de crédit immobilier pour les primo-accédants avec des revenus entre 20 000 et 40 000 euros se contracte, faute d’un apport personnel suffisant.

    Les primo-accédants modestes, sans apport personnel important, et les investisseurs immobiliers pâtissent donc des nouvelles règles. Pourtant il existe des solutions.

    D’une part, le HCSF autorise les banques à déroger aux règles dans 20 % des dossiers de demandes de prêt. Dès juillet 2021, le taux de dossiers non conformes était de 20,9 %. Cette souplesse doit profiter pour 80 % aux acquéreurs de leur résidence principale dont 30 % de primo-accédants.

    D’autre part, les futurs acquéreurs peuvent se tourner vers un courtier immobilier. Son expertise est essentielle pour constituer un dossier de financement solide, pour mettre en avant les points forts de chaque dossier et pour négocier en toute indépendance auprès des banques. Il s’attache non seulement au meilleur taux d’intérêt mais aussi à l’assurance de prêt et à toutes les modalités d'octroi d’un crédit immobilier.

    A retenir

    • Le 1er janvier 2022, les recommandations du HSCF deviennent juridiquement contraignantes. 
    • Le taux d’endettement est maintenu à 35 % des revenus nets. 
    • La durée maximale d’emprunt immobilier est de 25 ans, 27 ans en cas de VEFA, de construction d’une maison ou d’achat dans l’ancien avec travaux de rénovation importants.
    • Les banques peuvent déroger à ces règles dans 20 % de leurs dossiers, au profit d’acquéreurs de leur résidence principale (80 %) dont 30 % de primo-accédants.
    • Plus que jamais, l’expertise d’un courtier immobilier est importante pour accompagner un emprunteur à chaque étape de son dossier de financement jusqu’à l’octroi d’un crédit immobilier.

    Besoin d'être
    accompagné ?

    Détaillez votre projet
    à nos conseillers spécialisés

    DÉMARRER UNE ÉTUDE GRATUITE

    • 19772 avis clients
      4,7 clients sur 5 sont satisfaits
    • Plus de 120 banques
      comparées

    • Plus de 240 agences
      en France et DOM-TOM

    Mentions légales

    Taux moyens avec assurance comprise, mis à jour au 04/01/2022

    Taux d'intérêt : Les simulations sont effectuées par défaut avec les taux moyens tels que constatés au niveau national chez nos partenaires bancaires. Chaque semaine, nous effectuons la moyenne de l'ensemble des offres émises à taux fixe par nos banques partenaires aux clients CAFPI pour un prêt immobilier, sur une durée donnée, pour déterminer le taux moyen constaté le mois précédent. Ce taux est mis à jour en fin de semaine sur la base des 30 derniers jours

    Taux d'assurance : Le taux d'intérêt annuel de l'assurance-crédit sur le Capital Initial est mis par défaut à 0.36 %. C’est un taux moyen susceptible d’évoluer en fonction de votre situation personnelle

    Important: Cette simulation a un caractère indicatif, sans valeur contractuelle. Pour en savoir plus et bénéficier d'une simulation complète et personnalisée, déposez votre demande ou prenez rendez-vous avec un conseiller CAFPI.

    Ces résultats sont donnés à titre d'information. Ils sont calculés sur la base d'hypothèses simples et variables en fonction des données que vous saisissez et ne constituent ni une offre de crédit, ni acceptation de votre dossier par nos partenaires bancaires. Aucun versement, de quelque nature que ce soit, ne peut être exigé d'un particulier, avant l'obtention d'un ou plusieurs prêts d'argent Pour tout prêt immobilier, l'emprunteur dispose d'un délai de réflexion de 10 jours ; l'achat est subordonné à l'obtention du prêt, s'il n'est pas obtenu, le vendeur doit rembourser les sommes versées.

    Modifier le taux d'assurance
    0,36 %
    0 %
    2 %
    Par défaut, le taux d'assurance est à 0,36 %.
    Ce taux est considéré comme un taux moyen dans les banques, pour une assurance de groupe.

    Il peut varier en fonction
    • des garanties et options souscrites,
    • de l’âge atteint par l’Assuré, calculé par différence de millésimes ou date anniversaire,
    • du montant du capital restant dû à l'Organisme prêteur multiplié par la quotité,
    • des risques déclarés.