4 min

Prix de vente des biens immobiliers

Prix de vente des biens immobiliers Prix de vente des biens immobiliers

En France, le prix immobilier est très disparate. D'une ville à l'autre, le prix peut varier du simple au quintuple. De même, au sein d'une même agglomération, les prix immobiliers affichent souvent des différences considérables. 
Découvrez dans ce dossier le prix médian des villes les plus importantes de France avec les détails de certains quartiers les plus en vue. Les données proviennent de la base de données DVF (Demande de Valeur Foncière), un outil publié par le ministère de l'Économie et des Finances. Les données présentées ici ont été mises à jour en avril 2023, avec une prise en compte des transactions réalisées durant le second trimestre 2022. 
Le prix médian affiché constitue la moyenne des transactions réalisées sur un an et traduit ainsi la tendance des cours de l'année 2022. Une comparaison avec les prix de référence des années précédentes permettra d'analyser l'évolution du prix du marché immobilier. 
Connaître la réalité du marché vous servira à examiner plus finement les annonces immobilières et disposer d'arguments documentés lors de la négociation des prix auprès de l'agence immobilière.

Paris : un prix au m² stratosphérique, mais une tendance au fléchissement

Après avoir connu des sommets en 2021 avec un prix médian au m² de l'appartement culminant à 10 796 euros, la capitale française connaît un léger fléchissement de son marché immobilier. En effet, en 2022, le prix moyen du m² s'affichait à 10 684 euros, soit un recul d'environ 1 %. Le prix des maisons, biens rares dans la capitale française, affiche des niveaux encore plus élevés, soit 15 198 euros/m² en 2022 (15 401 euros/m² en 2021). 

Les appartements les plus chers se trouvent dans le 6e Arrondissement, qui abrite notamment les quartiers de Saint-Germain-des-Prés et de l'Odéon. Dans ce prestigieux périmètre de la rive gauche de la Seine, le prix du m² s'y négociait en moyenne 14 939 euros. 
Le 20e Arrondissement est le moins cher de Paris avec un m² médian à 9 067 euros. 

En Ile-de-France, dans la Petite Couronne, le prix est plus maîtrisé, mais continue de partir à la hausse. Les Hauts-de-Seine affichent ainsi un prix moyen des appartements à 7 132 euros/m², soit une hausse de 1,3 % par rapport à 2021. Les maisons s'affichent à 8 419 euros/m² (+2,8 %). Dans le Val-de-Marne, le prix des appartements a augmenté de 4,3 % en un an à 4 173 euros/m² et le prix médian des maisons a bondi de 7,1 % (5 587 euros/m²).

Des prix immobiliers quasi stables à Lyon

Le prix des maisons et des appartements n'a quasiment pas bougé. En effet, sur un an, le prix médian des appartements n'a que très légèrement progressé. En effet, en affichant 5 066 euros/m² pour les appartements de cette ville traversée par le Rhône, le prix n'augmente que de 0,4 %. Le prix des maisons enregistre même un très léger recul à 6 446 euros/m² (-0,1 %). 

Il faut se tourner vers le 6e Arrondissement pour trouver les prix les plus hauts dans l'agglomération lyonnaise. En effet, le prix du m² y dépasse allègrement la barre des 6.000 euros. Les appartements s'y négocient en effet à 6.230 euros/m². 

Pour trouver des prix en deçà de 4.000 euros dans la métropole lyonnaise, il faut se tourner vers les communes environnantes. Ainsi, à Villeurbanne, les appartements se négociaient en moyenne à 3.978 euros/m². Bien plus accessible, Vénissieux affiche un prix médian à 2.766 euros/m² tout en restant facilement accessible depuis le centre-ville. 

Marseille : la métropole qui bondit

Dans la cité phocéenne, la courbe des prix immobiliers suit une progression exponentielle. Sur une année, la progression affiche en effet une hausse de 6,3 % sur le prix des appartements (30 20 euros/m²) et 4 600 euros/m² pour les maisons.

Marseille affiche une grande disparité des tarifs immobiliers entre ses différents arrondissements. Ainsi, le 7e Arrondissement qui accueille notamment le quartier de La Corniche et les fameuses îles du Frioul offre un prix à 4 591 euros/m². Dans le nord de la ville, le 15e Arrondissement est 70 % moins cher avec un prix moyen à 1 375 euros/m². Ses quartiers sont victimes de leur mauvaise réputation liée aux problèmes d'insécurité. Néanmoins, la métamorphose s'opère progressivement avec les nouveaux projets immobiliers d'envergure. 

Lille : une hausse soutenue dans la capitale des Flandres

Au cours des cinq dernières années, le prix des appartements à Lille n'a cessé de progresser à rythme soutenu. En 2022, le prix médian du m² s'affiche à 3 822 euros, contre 3 090 euros en 2017. Cela représente une progression de 20 % en cinq ans. L'attrait de cette métropole du Nord s'explique en partie par son dynamisme renforcé par son statut estudiantin. L'attrait des investisseurs pour l'immobilier locatif explique également la tendance haussière du marché immobilier de la ville. 

Logiquement, c'est le quartier du Vieux-Lille qui enregistre les prix les plus élevés. Le prix des appartements est à 4 924 euros/m², tandis que le prix des maisons est légèrement en deçà, à 4 769 euros/m². Dans Lille intra-muros, c'est le Grand Quartier 14 qui est le plus accessible avec des appartements à 2 579 euros/m² en moyenne. 

Les villes proches de Lille affichent des prix bien plus abordables. Ainsi, à moins de 30 minutes de route du centre-ville, Roubaix offre un prix moyen de 1 937 euros/m² pour les appartements et de 1 466 euros/m² pour les maisons. À Tourcoing, un appartement se négocie en moyenne 1 779 euros/m². 

À seulement une heure de TGV de Paris, Lille est devenue l'une des villes de prédilection des salariés franciliens qui profitent des avantages du télétravail. 

Biarritz : un attrait indéniable

Par sa situation exceptionnelle, Biarritz compte parmi les destinations touristiques les plus populaires. La ville attire à la fois les investisseurs dans le meublé et les retraités en quête d'un cadre de vie qualitatif. Cela a entraîné le prix des maisons et des appartements à la hausse au cours des dernières années. 

En 2015, une maison à Biarritz affichait en moyenne un prix de 4 621 euros/m². Aujourd'hui, le prix de vente médian caracole à 8 481 euros/m². En une seule année, la hausse est de 22 %. Sur 5 ans, le cours du marché a presque doublé. Le long du littoral, les meilleurs appartements et maisons se négocient à plus de 20 000 euros. Un appartement de trois pièces situé sur la Perspective Côte des Basques s'est ainsi négocié à plus de deux millions d'euros pour 90 m² en novembre 2022. 

Brest : une ville qui gagne en popularité

Tout en affichant des prix encore accessibles, Brest connaît un marché immobilier qui se tend. En 2016, le prix moyen d'un appartement s'y négociait 1 231 euros/m². Aujourd'hui, cette moyenne atteint 2 065 euros/m². Cela représente un bond de 12,5 % sur seulement un an. Le dynamisme du marché brestois se traduit également par une hausse du prix des maisons. Ainsi, il faut prévoir un budget de 2 418 euros/m² pour acquérir ce type de bien immobilier.

La Cité du Ponant doit son gain d'intérêt par le dynamisme de son économie et du renouveau de son centre historique. L'avènement du télétravail a également boosté les ventes, avec de nombreux Franciliens qui ont décidé d'acheter dans la ville portuaire. 

Une tendance générale à la baisse pour 2023

Les données pour cette année 2023 ne sont pas encore disponibles sur la base de données DVF du ministère de l'Économie et des Finances. Néanmoins, la projection des notaires et des courtiers permet d'affirmer qu'une tendance à la baisse sera à noter dans tout le territoire. La principale raison à cette tendance baissière est la hausse du taux de crédit qui diminue considérablement la capacité d'emprunt de la population. Les profils les plus modestes sont ainsi freinés par le taux d'usure

La tendance baissière aboutira à une stabilisation des marchés immobiliers les plus tendus, comme Paris et les autres grandes villes françaises. Dans la note de conjoncture immobilière publiée par Notaire de France, le nombre de transactions des biens anciens se contracte à -8,1 % sur un an (données datant de la fin février 2023). En été, le nombre de transactions sur un an pourra descendre sous la barre du million d'unités.

À retenir

En analysant les données des transactions compilées sur la base de données DVF régulièrement mise à jour par le ministère de l'Économie et des Finances, la disparité entre les villes en France est remarquable. Voici en quelques points les éléments essentiels à retenir :

  • Le prix des biens immobiliers à Paris se stabilise ;
  • Le marché immobilier lyonnais tend également vers la stabilité des prix ;
  • L'immobilier dans la cité phocéenne bondit, et le marché lillois suit une progression ;
  • Sur la base de l'analyse des Notaires de France, la tendance à la baisse du marché immobilier français est attendue ;
  • La hausse des taux de crédit occasionne une stabilisation du marché, notamment dans les grandes villes.
Frédérique Moles
Par Frédérique Moles le 26/07/2023 à 10:25
Mis à jour le 26/07/2023 à 10:55
Prêt à concrétiser votre crédit immobilier ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Crédit immobilier

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 31 153 avis
230 Agences