Vous êtes avocat et souhaitez créer ou développer votre cabinet d’avocats ?
Pour obtenir les ressources financières nécessaires afin de mettre en œuvre votre stratégie, vous pouvez avoir recours à différents types de financement, dont le crédit pour avocat.
CAFPI vous explique tout.

Pourquoi un avocat peut-il avoir besoin d’emprunter ?

Avocat en droit pénal, droit fiscal, droit de la famille, droit immobilier, droit bancaire, droit… Pour exercer son activité, un cabinet d’avocat doit engager des dépenses :

  • Investissements mobiliers : matériel informatique, équipements, mobilier, systèmes d’information, etc.
  • Ressources humaines : avocats collaborateurs, juristes, fonctions supports telles que RH, comptable, et ainsi de suite.

Ce n’est qu’au bout d’un certain temps que le cabinet d’avocats pourra facturer ses prestations et donc percevoir les premières recettes.
Ce décalage dans le temps, entre paiements et encaissements, crée des besoins de financements que l’avocat et son cabinet devront couvrir.

Par ailleurs, il est nécessaire chaque année d’adapter ou de renouveler ses investissements de départ, afin de développer d’autres activités ou tout simplement d’accroître ses moyens.

Si ces besoins de financement sont classiques pour les entreprises, ils sont parfois plus flous pour les sociétés de service, du fait de l’immatérialité de la prestation.
C’est pourquoi le métier d’avocat et sa rentabilité sont souvent difficiles à apprécier par les banques.
Un projet clair et parfaitement étayé est donc indispensable.

Les financements par voie externe lorsque l’on est avocat

Les fonds propres étant souvent inexistants ou du moins insuffisants pour financer des investissements, les avocats n’ont pas d’autres choix que de recourir à des sources de financement externes.

On en distingue principalement 2 :

  • L’emprunt

À moyen ou long terme, les emprunts permettent de financer des investissements.

Via ce contrat de location, l’organisme prêteur reste propriétaire du bien matériel jusqu’à la fin du contrat (pour une valeur résiduelle).
C’est un type de financement rapide et simple à mettre en place, et contrairement à l’emprunt, le crédit-bail ne nécessite pas de disposer d’un apport personnel.

Quel type de prêt est-il possible d’obtenir pour financer ses projets ?

Le plus souvent, l’avocat pourra souscrire un prêt professionnel pour financer ses projets : trésorerie, achat de matériel ou d’équipement, investissement en ressources humaines ou autres… Ceux-ci varient d’un professionnel libéral à un autre.

Concrètement, le prêt professionnel pour avocat pourra avoir une durée de 7 ans maximum. Quelques garanties seront demandées en échange telle qu’une caution personnelle simple ou caution solidaire.

Ce crédit pourra accompagner une création d’activité ou venir soutenir un professionnel déjà installé.

  • Pour une création d’activité et afin de convaincre la banque, l’avocat devra fournir un prévisionnel validé par un cabinet comptable et joindre des informations claires et détaillées sur l’activité créée (un business plan par exemple) ;
  • Dans le cas d’une entreprise déjà existante, la banque exigera généralement les 2 derniers bilans pour vérifier l’excédent brut d’exploitation (EBE), un indicateur clé pour analyser la solvabilité de l’entreprise.
Bon à savoir

Bien souvent, le prêt professionnel accordé par les banques ne couvre pas 100% du besoin de financement (plutôt autour de 70-80%). Le reste est donc à la charge de l’avocat, par le biais de sa trésorerie ou de fonds propres.

Comment obtenir un prêt professionnel pour avocat ?

Le meilleur moyen d’obtenir un prêt pour un avocat sera de répondre aux conditions de prêt des banques.

La banque ou l’établissement prêteur cherchera tout d’abord à se faire une idée précise de la capacité financière de l’avocat, en abordant des points précis :

  • Capacité d’autofinancement,
  • Endettement actuel...

À l’avocat ensuite de préparer soigneusement son dossier de financement, accompagné d’un courtier CAFPI pour profiter de la meilleure offre assortie des meilleures garanties et assurances.

À retenir
  • Pour exercer son activité, un cabinet d’avocat doit engager des dépenses et peut donc nécessiter des financements pour les soutenir.
  • Les dépenses d’un avocat concerneront principalement des investissements immobiliers et mobiliers ainsi que des ressources humaines.
  • L’avocat pourra recourir à un emprunt ou un crédit-bail pour financer son développement.
  • Bien souvent, il se tournera vers un prêt professionnel
Frédérique Moles
Par Frédérique Moles le 31/03/2022
Mis à jour le 27/04/2022
Prêt à concrétiser votre projet professionnel ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Prêt Professionnel

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement