Si elle part d’un bon sentiment (réaliser des économies, apporter plus de transparence notamment), la réforme de l’assurance-emprunteur présente un effet boomerang assez important : une hausse du coût de l’assurance.
A quoi est dûe cette hausse ? Comment se positionnent les différents types d’assureurs ? CAFPI met en lumière les stratégies des assureurs à l’heure actuelle.

Le contexte de la réforme emprunteur

Le 1er septembre dernier, la loi Lemoine a pris un nouveau virage en permettant à l’emprunteur de changer d'assurance à tout moment.
Cette mesure s’est accompagnée de la suppression du questionnaire médical souvent demandé pour les crédits immobiliers : la fin du questionnaire de santé s’applique pour les crédits de moins de 200 000 € et à sous réserve que l'emprunteur ait terminé de rembourser son crédit avant ses 60 ans.

Si ces mesures sont destinées à ouvrir la concurrence sur ce marché auparavant un peu fermé pour les assureurs alternatifs, gagner en transparence et faire baisser les prix pour les emprunteurs (tous les produits de prévoyance des contrats de groupe telles que les garanties décès, invalidité, etc. étant très onéreux), la réalité est finalement un peu différente.

Un effet boomerang désavantageux pour les emprunteurs

Depuis l’entrée en vigueur du dernier pan de la loi Lemoine, plusieurs compagnies d’assurance ont déjà annoncé des hausses de prix sur les contrats individuels.
Ces dernières justifient cette hausse par une sélection sûre des emprunteurs plus difficiles, maintenant que le questionnaire de santé ne donne plus d’indications sur les éventuels risques encourus.

Si les assureurs alternatifs étaient auparavant moins chers que les contrats de groupe (les contrats proposés par les banques), les tarifs ont depuis bien augmenté à cause d'une hausse des risques : on parle de 10 à 30% de hausse pour les prêts où le questionnaire de santé est supprimé.

L’effet boomerang de la loi Lemoine est donc particulièrement désavantageux pour les emprunteurs qui subissent déjà une hausse des taux d'intérêt sur les nouveaux prêts.

Pour y faire face, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un courtier : cet expert du crédit immobilier pourra vous aider à comparer les offres d’assurances-emprunteur et négocier pour obtenir les conditions les plus intéressantes pour votre profil et votre situation.

Quelle marge de manœuvre pour les banques et leurs contrats d’assurances ?

Pour les banques, cette situation est peut-être l’occasion de stabiliser le prix des assurances et en profiter en même temps pour limiter la hausse du coût total des crédits.

Une telle modération sera possible également grâce à la grande taille des portefeuilles de clients : en mutualisant les risques, les contrats d’assurance de groupe pourront être plus intéressants.

CNP Assurance (dont la maison mère est La Banque Postale) ont par exemple annoncé un gel des tarifs le 1er juin dernier pour les nouveaux crédits. Un beau geste en faveur des emprunteurs et de leur pouvoir d'achat déjà grevé par l’inflation.
 

Maitane Beraza
Par Maitane Beraza le 16/09/2022
Mis à jour le 16/09/2022
Jusqu’à 60% d'économie(1) sur votre assurance emprunteur
Obtenir un devis gratuit

Assurance prêt immobilier

Economisez jusqu'à
15 000€(2) sur votre crédit
Obtenir un devis gratuit
  • 2 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 25 557 avis
230 Agences