CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Crédit 

Covid-19 et déconfinement : des taux de crédits qui restent attractifs

Le marché immobilier reprenant progressivement, les taux d’intérêt restent attractifs, alors que les banques durcissent leurs conditions d’octroi des prêts.
Concernant les projets immobiliers, il apparaît que la crise sanitaire n’a pas eu comme conséquences le report des projets immobiliers de nombreux acquéreurs potentiels. En outre, le confinement a permis d’affiner les critères des biens convoités tels que la situation géographique, le prix, les extérieurs, ou encore le confort. Cependant, les conséquences du Covid-19 creusent les inégalités. Ainsi, la peur de la perte d’emploi ou le manque de visibilité entraînent le report et l’annulation des projets immobiliers.
Selon les principaux courtiers en crédit, les banques prennent de plus en plus de nouveaux dossiers de prêts immobilier. Les taux de crédit sont encore attractifs, mais les dossiers font l’objet d’une plus grande sélectivité et les critères d’emprunts se durcissent.

photo_interieure_covid_deconfinement_taux-credit_immobilier_cafpi_mag

Des taux en hausse mais toujours très bas, une première alerte sur le taux d’usure

Selon le dernier Observatoire Crédit Logement CSA, en avril 2020, le taux fixe moyen toutes durées confondues (hors assurance) se situait à 1,17 %, soit 5 points de base de plus qu’en décembre 2019 ( 1,12 % ). Malgré une légère hausse, les taux d’intérêt restent très bas. Le taux d’usure, quant à lui, est un indicateur majeur concernant le coût d’un crédit immobilier. Englobant le taux d’intérêt et l’assurance emprunteur, il constitue le taux d’intérêt maximal auquel les banques sont autorisées à prêter de l’argent dans le cadre d’un prêt immobilier. Depuis le 1er avril 2020, le taux fixe d’un crédit immobilier sur minimum 20 ans est fixé à 2,51 %, un pourcentage pénalisant pour de nombreux acquéreurs.

Des dossiers faisant l’objet d’une plus grande sélectivité

Les banques anticipent une dégradation de la situation économique dans les mois prochains. Elles sont donc plus vigilantes sur la situation professionnelle des emprunteurs, le secteur d’activité dans lequel ils travaillent, le taux d’endettement, la part de l’apport par rapport au montant du bien, la valorisation du bien et l’épargne après projet en cas de coup dur. Elles sont plus prudentes qu’en 2019. Philippe Taboret, DGA de CAFPI, témoigne d’un accroissement qu’il qualifie de « considérable » des refus de financements.
Une situation délicate pour les emprunteurs les plus fragiles tels que les primo-accédants sans apport ou à l’épargne très réduite, les particuliers en situation précaire (travail d’intérim ou bien CDD), les co-emprunteurs sans emplois, les personnes souhaitant souscrire un crédit individuellement mais avec des revenus modestes ou bien les personnes ayant la santé fragile.

Des prêts octroyés difficilement

Selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA, le nombre de prêts immobiliers octroyés au 1er trimestre 2020 a chuté de 25,5 % dans le neuf par rapport à l’année précédente, tandis que la production de crédits à diminué de 12,5 % en un an. L’économiste Michel Mouillart estime qu’environ 200 000 ménages pourraient être exclus du marché d’ici 2021 à cause de la crise du Covid-19, et du resserrement du crédit.
Ainsi, il est certes nécessaire de veiller au risque de surendettement, cependant, il est fondamental que cette considération ne freine pas la bonne reprise du marché. En effet, les banques devront ajuster leurs taux et assouplir certains critères pour que les différents marchés puissent réellement redémarrer.

Mis à jour le 10/06/2020
Rédigé par CAFPI le 19/05/2020
A lire sur le même sujet :