1 min

Français et l’immobilier : quelle attitude face à la dégradation de l’environnement économique ?

Français et l’immobilier : quelle attitude face à la dégradation de l’environnement économique ? Français et l’immobilier : quelle attitude face à la dégradation de l’environnement économique ?

Le sondage CAFPI-Ifop réalisé en mai 2022 sur le thème « Les Français et l’accession à la propriété » a permis d’identifier les tendances ressenties par un échantillon représentatif de Français (de 25 à 65 ans). Une inquiétude grandissante face à la situation économique et leur capacité à devenir propriétaire sont les éléments qui ressortent de cette étude.  Explications.

Les Français inquiets pour leur pouvoir d’achat et leur capacité d’emprunt

72 % des Français s’inquiètent de la hausse des taux de crédit immobilier. Cette situation est particulièrement préoccupante pour les primo-accédants. Ils sont 92 % à considérer que nous sommes encore en pleine crise, avec l’inflation comme épicentre du séisme. 

Les conséquences de l’inflation sur le pouvoir d’achat, la hausse des taux, le maintien des prix immobiliers élevés et des conditions d’accès au crédit restrictives constituent, pour 61 % d’entre eux, une source de grande inquiétude. 

Sur le front de l’accès à la propriété, 37% des Français imaginent la recherche de financement et l’acceptation d’une offre de prêt comme les principaux freins à leur rêve de devenir propriétaire.

En effet, l’octroi d’un emprunt immobilier est jugé plus difficile que par le passé pour 6 Français sur 10. 

L’immobilier reste une valeur-refuge appréciée par les Français 

Les conditions d’accès au crédit sont de plus en plus contraintes en raison de la hausse des taux, du taux d’usure et des critères du Haut conseil à la stabilité financière (HCSF). Pourtant, les Français sont très attachés à la pierre et leur intérêt pour l’immobilier ne faiblit pas. 41 % d’entre eux ont l’intention de devenir propriétaire au cours des 5 prochaines années.

En dépit des crises qui s’accumulent depuis 2 ans, l’immobilier apparaît donc comme une valeur-refuge rassurante. Le crédit immobilier, une fois signé, ne dépend plus de l’inflation pour un prêt à taux fixe, contrairement aux loyers dont l’IRL (indice de référence des loyers) est calculé sur l'augmentation des prix à la consommation. 

Le courtier, atout majeur dans la réussite d’un projet immobilier 

Les Français interrogés par l’Ifop reconnaissent de nombreuses qualités au courtier : 

  • un gain de temps et un accompagnement expert, pour 83% des sondés,
  • une source d’économies pour 63% d’entre eux. 

En effet, dans un environnement aussi contraint, le travail du courtier prend tout son sens.

À chaque étape, le rôle du courtier immobilier se renforce. Ainsi, le « certificat de faisabilité » réalisé au début du projet permet de définir la capacité de financement du futur acquéreur.  Il offre une certitude d’être suivi par les établissements de crédit et, par conséquent, un réel gain pour le pouvoir d’achat des emprunteurs. 

Tout au long du projet de crédit immobilier, l’expertise technique du courtier lui permet d’optimiser le plan de financement de l'achat immobilier de son client. 

Et au niveau macro-économique, les grands courtiers comme CAFPI ont un rôle à jouer pour remonter aux pouvoirs publics les freins et les risques. Récemment, Olivier Lendrevie, le président de CAFPI, a interpellé le gouvernement et la Banque de France sur le risque d’exclusion de l’accès au crédit d’un nombre plus grand d’emprunteurs. Il a également fait des propositions pour réformer le mode de calcul du taux d’usure et, ainsi, le mettre en adéquation avec son rôle protecteur et la réalité du marché du crédit.

Marc Pilette
Par Marc Pilette le 13/07/2022
Mis à jour le 18/07/2022
Prêt à concrétiser votre crédit immobilier ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Crédit immobilier

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 27 022 avis
230 Agences