CAFPI
CAFPI Mag
#Investir 

L’eco-rénovation : les aides financières

Le grand chantier du 21ème siècle : l’éco rénovation. Quels sont les types de travaux concernés par l’éco-rénovation ? Quelles sont les bonnes raisons de se projeter dans ce type de projet ?
L’enjeu est à la fois économique et écologique, et si on faisait le point ?

Et si vous pensiez à l' Eco rénovation ?

Les bonnes raisons de l’éco-rénovation de mon logement

Vous souhaitez améliorer le confort de votre logement en termes d’isolation, baisser vos factures d’énergie ou encore augmenter la valeur de votre bien ?
Ces trois raisons sont généralement le point de départ d’un lancement de travaux d’éco-rénovation.

Par où commencer ? Faites le point sur votre logement. Cette première phase vous permettra de repérer et de lister les travaux à réaliser. Enfin renseignez-vous pour connaître les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre.

Qu’il s’agisse d’isolation des murs ou de la toiture, du remplacement des fenêtres ou encore du système de chauffage, l’amélioration de la consommation énergétique de votre logement vous permettra de réaliser des économies. De plus, pour ce type de travaux, le gouvernement a mis en place des aides spécifiques qui sont cumulables entre elles : Eco-prêt à taux zéro, l’aide de l’Anah ou encore le crédit d’impôt (CITE). Et si on s’y intéressait ?

Connaissez-vous le crédit d’impôt ? Le dispositif cumulable avec toutes les aides liées à l’écologie

Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) est un dispositif fiscal permettant aux ménages de déduire de leurs impôts jusqu’ à 30% de leurs dépenses, liées à des travaux d’isolation et de rénovations énergétiques, qu’il s’agisse de fournitures, de matériaux ou de coûts d’installation.

Ces équipements et matériaux doivent pour cela, satisfaire certains critères de performance. Les dépenses concernées peuvent être :

  • L’isolation des murs et toitures
  • L’isolation des parois vitrées
  • Les équipements de chauffage ou de production d’eau chaude sanitaire (ECS) fonctionnant au bois ou autre biomasse
  • Les équipements de production d’ECS fonctionnant à l’énergie solaire ou avec une pompe à chaleur
  • Les chaudières à haute performance énergétique, équipements de production d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable (pompe à chaleur, énergie hydraulique ou biomasse)
  • L’isolation thermique des planchers bas
  • Les volets isolants ou portes d’entrées donnant sur l’extérieur
  • La régulation et la programmation du chauffage
  • L’installation d’appareils permettant d’individualiser les frais de chauffage ou d’eau chaude sanitaire
  • La réalisation d’un diagnostic de performance énergétique (DPE) en dehors des cas où la réglementation le rend obligatoire
  • Les bornes de recharge de véhicule électrique

Bon à savoir

Depuis le 1er janvier 2015, pour bénéficier de cette aide, vous devez faire appel à des professionnels qualifiés RGE (Reconnu Garant de l'Environnement).

Depuis le 27 septembre 2017, les chaudières au fioul ne sont plus éligibles.

Le crédit d’impôt pour les fenêtres, les volets et les portes passe à 15% jusqu’ au 28 Mars 2018. Toutefois ces nouvelles dispositions ne s'appliquent pas si le devis a été accepté et qu'un acompte a été versé avant le 27 septembre 2017.

Le CITE : qui peut en bénéficier ?

Accessible aux occupants locataires et propriétaires, le CITE plafonne le montant des dépenses à 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple. Cette somme est majorée de 400 € supplémentaires par personne à charge (200 € pour un enfant en garde alternée). Le bien doit constituer la résidence principale et être achevé depuis plus de 2 ans.

Comment obtenir le CITE ?

Il vous suffit pour cela d’en faire la demande lors de votre déclaration d’imposition, l’année suivant la réalisation des travaux (la date de la facture faisant foi). Si vous obtenez l’acceptation, le crédit d’impôt sera alors déduit de vos impôts ou vous sera versé directement par chèque ou virement si vous ne payez pas d’impôt.

Depuis le 1er janvier 2016, l’entreprise qui réalisera vos travaux de rénovation doit effectuer une visite de votre logement avant de vous proposer un devis. Ainsi cela vous permettra de vérifier la typologie des travaux et des matériaux ou appareils que vous souhaitez installer.

Pour Nicolas HULOT, ministre de la transition écologique, le fait de devoir patienter un an avant de pouvoir bénéficier du crédit d’impôt fait aujourd’hui du CITE « un vrai frein pour les ménages à faible revenus ». Dans le cadre de son « plan climat » il a donc annoncé que ce dernier, à partir de 2019, sera remplacé par une prime versée dès la fin des travaux éligibles, de façon à ce qu’il n’y ait plus ce décalage de plusieurs mois.

D'ici la mise en place de cette prime en 2019, le ministre précise que le CITE, qui avait été prorogé d'une année par la loi de finances pour 2017, sera reconduit mais avec un périmètre adapté.

Le dispositif d’aides financières aux travaux d’éco-rénovation : l’ECO PTZ

L'éco-prêt à taux zéro permet de bénéficier d'un prêt d’un montant maximal de 30 000 € pour réaliser des travaux d’éco-rénovation.

Pour les logements en copropriété, un éco-prêt réservé aux syndicats de copropriétaires est aussi disponible. Son montant maximum est de 10 000 € par logement (jusqu’à 30 000 € si le syndicat de copropriétaires décide de réaliser 3 actions de travaux).

Les travaux qui ouvrent droit à l’éco-prêt à taux zéro doivent constituer un « bouquet de travaux » (la combinaison d’au moins deux catégories de travaux éligibles parmi les catégories listées ci-après) ou permettre d’atteindre une « performance énergétique globale » minimale du logement, calculée par un bureau d’études thermiques.

Les différentes catégories de travaux sont :

  • L’isolation de la toiture
  • L’isolation des murs extérieurs
  • Le remplacement des portes et fenêtres intérieures et extérieures
  • L’installation d’équipements de production d’eau chaude sanitaire utilisant une source d’énergie renouvelable
  • L’installation d’un système de chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable
  • L’installation, régulation ou remplacement de système de chauffage ou de production d'eau chaude sanitaire

Bon à savoir

Depuis le 1er juillet 2016, vous avez la possibilité de demander un deuxième éco-prêt pour effectuer des travaux de rénovation de votre logement. Les critères techniques à respecter pour cet éco-prêt complémentaire sont les mêmes que ceux du premier éco-prêt.

A lire sur le même sujet :