CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Immobilier 

Pénurie de logements neufs : comment l’État peut relancer la construction

Les autorisations de permis de construire ont baissé de 14,7 % en 2020. Les chiffres du 1er trimestre suivent cette tendance. La crise sanitaire n’est pas la seule responsable de cette diminution du nombre de permis de construire. Les professionnels s’inquiètent face au refus de certains maires. Comment le gouvernement peut-il agir pour relancer la construction de logements neufs ?

photo_interieure_penueries_logements_neufs

Logements neufs : les réticences des maires

De nombreux professionnels de l’immobilier et de la construction font un constat : les maires suivent la volonté de leur électorat, qui se montre de plus en plus hostile envers de nouvelles constructions.

En effet, les habitants n’hésitent plus à utiliser les réseaux sociaux pour dénoncer tout nouveau projet de construction de logements neufs. Les attaques se multiplient à l’encontre des maires qui délivrent des permis de construire. L’Union nationale des aménageurs (UNAM) estime que 25 % des permis de construire font l’objet d’un recours. Nuisances sonores, désagréments, destruction de zones vertes ou de zones protégées sont les principaux motifs mis en avant par les riverains.

Autre point mis en avant par certains maires : l’exonération de taxe foncière pendant 15 ans lors de la construction de logements sociaux. Cela représente une baisse des recettes alors que l’augmentation de la population d’une commune engendre des coûts réels d’adaptation des infrastructures.

Pénurie de logements neufs : comment le gouvernement peut-il agir ?

La ministre déléguée chargée du logement, Emmanuelle Wargon, a affirmé en mars 2021 que l’État pourrait délivrer des permis de construire si les maires ne voulaient pas le faire.

En réalité, l’État peut solliciter les maires uniquement sur la construction de logements sociaux. Dans tous les cas, c’est toujours le maire qui signe le permis de construire et l’État ne peut décider à la place des élus locaux.

L’État peut intervenir indirectement, via le préfet, lors de la validation des Plans locaux d’urbanisme (PLU). Mais bien souvent les maires ne respectent pas les PLU et favorisent des constructions moins hautes ou moins denses pour satisfaire leurs électeurs, surtout à l’approche d'échéances électorales.

Les prix de l’immobilier neuf devraient donc continuer à croître, face à une forte demande d’achat de logements neufs. D’autant plus que le 1er janvier 2022, de nouvelles normes environnementales RE2020 entreront en vigueur et participeront à l’augmentation des coûts de la construction. Dans le même temps, la prolongation de dispositifs incitatifs comme la loi Pinel entretient une demande soutenue.

Mis à jour le 17/05/2021
Rédigé par CAFPI le 17/05/2021
A lire sur le même sujet :