CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Crédit 

Crédit immobilier : les taux d’usure en baisse

On se réjouit tous à l’annonce des baisses des taux d’intérêt mais les taux actuels de crédit immobilier peuvent avoir un effet pervers. En effet, le taux d’usure, au-delà duquel la banque ne peut plus prêter d’argent, est au plus bas et cela peut pénaliser certains emprunteurs.

photo_interieure_taux_usure

Qu’est-ce que le taux d’usure ?

La Banque de France calcule chaque trimestre le taux d’usure, un taux plafond au-delà duquel aucune banque ne peut accorder un prêt. Le taux d’usure pour le troisième trimestre 2021 vient d’être publié :

  • 2.47 % pour un prêt à taux fixe inférieur à 10 ans,
  • 2,44 % pour un prêt d’une durée comprise entre 10 et 20 ans,
  • 2,48 % pour un crédit sur une durée supérieure à 20 ans.

C’est donc un taux d’usure historiquement bas, que l’on retrouve également pour les prêts à taux variable et les prêts relais.

Ce taux fixé par les autorités suit les chutes des taux de crédit de ces dernières semaines, qui ont atteint un plancher historique à 1,15 % en avril.

Comment un taux d’usure bas pénalise certains emprunteurs ?

Il faut rappeler que tous les emprunteurs ne bénéficient pas automatiquement du meilleur taux de crédit immobilier. D’autant plus que c’est le TAEG (Taux annuel effectif global) qui est mesuré au taux d’usure. Or, le TAEG comprend non seulement le taux d’intérêt mais aussi les frais de dossier, l’assurance emprunteur, les frais de garantie obligatoire du crédit et les frais de courtage.

Cette nouvelle baisse du taux d’usure risque donc de pénaliser les emprunteurs qui ne bénéficient pas habituellement des taux les plus bas. En complément, ce nouveau taux d’usure aura des répercussions sur la capacité d’emprunt de ceux qui sont âgés ou présentent un risque médical particulier. Dans ce cas, le montant de l’assurance emprunteur augmente et risque d’exclure de l’accès à la propriété des emprunteurs solvables.

Enfin, en cas de remontée des taux immobiliers, on peut craindre un effet ciseaux entre un TAEG qui croît et un taux d’usure très bas, en décalage d’un trimestre.

L’accompagnement par un courtier immobilier s’avère plus que jamais nécessaire pour apporter un dossier de financement solide, optimiser chaque élément du crédit et obtenir l’accord d’une banque.

Mis à jour le 09/07/2021
Rédigé par CAFPI le 09/07/2021
A lire sur le même sujet :