Vous avez trouvé le bien immobilier de vos rêves mais son prix est un peu trop élevé ? Il est souvent possible de négocier.
Suivez-nous, nous vous donnons les clés d’une stratégie de négociation efficace.

Etape 1 : Définir votre marge de négociation

La première étape d’une stratégie de négociation consiste à trouver le juste milieu entre la volonté d’acheter au plus bas prix et celle de vendre au plus haut.
Commencez par sonder le vendeur et/ou l’agent immobilier.

En parallèle, renseignez-vous sur la marge de négociation moyenne sur l’ensemble du marché et sur le mois en cours.

Analysez aussi le prix de vente affiché et marché immobilier local (les prix immobiliers au mètre carré dans la commune ou le quartier) pour vous faire une idée plus précise des prix actuels. Pour cela, vous pouvez comparer le logement à des biens similaires en vente dans la même zone.

Attardez vous aussi sur la localisation du bien, son orientation, son état général pour savoir si le prix est bien dans la moyenne ou non.

Bon à savoir

Si le bien immobilier que vous convoitez est situé en zone tendue, la marge de négociation sera limitée.

Etape 2 : Analysez le bien

Une grande partie de votre marge de négociation dépend de l’état du bien.

Il vous faut donc identifier ses points faibles rapidement : travaux à réaliser plus ou moins important, mauvais diagnostic de performance énergétique (DPE), environnement bruyant, nouvelles constructions à proximité, etc.

Etape 3 : Préparez-vous

Pour arriver à la négociation en position de force, il est indispensable d’être bien préparé.

Préparez consciencieusement votre budget en calculant votre capacité d’emprunt : achat du bien, travaux, frais de notaire, frais d’agence, vous devez penser à tout pour éviter les mauvaises surprises.

Pour un dossier de financement le plus solide possible, n'hésitez pas à vous rapprocher d’un courtier en crédit immobilier. Vous profiterez de ses conseils et cet expert du crédit obtiendra pour vous les conditions de financement les plus avantageuses.

Etape 4 : Soyez curieux

C’est le moment de vous montrer curieux !

Pour prouver au vendeur que vous êtes intéressé par son bien mais que vous avez besoin de tous les éléments avant de vous positionner et faire une offre, posez le maximum de questions : 

  • Quelles sont les raisons de la vente ?
  • Le vendeur est-il pressé ?
  • Depuis quand le logement est-il en vente ?

Vous connaîtrez ainsi l’état d’esprit du vendeur et pourrez découvrir s’il est ouvert à une négociation immobilière.

Etape 5 : Commencez les négociations

Vous disposez maintenant de tous les éléments dont vous avez besoin pour ouvrir les négociations.
Vous pouvez alors proposer oralement ou par écrit votre offre d’achat au vendeur.
Ce dernier peut ensuite vous faire une contre-proposition.

Cas particuliers

Abordons maintenant quelques cas particuliers.

Négocier un bien avec travaux

Un bien avec travaux offre toujours une marge de négociation : si la chaudière doit être changée, l’isolation doit être refaite ou le système électrique est à revoir, vous pourrez négocier plus facilement.
Afin de négocier de façon réaliste, visitez le bien plusieurs fois, notamment avec les artisans concernés qui pourront vous établir des devis et que vous pourrez ensuite présenter au vendeur pour appuyer votre demande de baisse de prix.

Négocier le prix d’un bien neuf

Si la construction est lancée, vous avez peu de chance d’obtenir une remise commerciale.
Toutefois, l’ouverture des ventes s’y prête davantage : les premiers clients sont souvent choyés par les promoteurs et un prix plus bas peut alors être négocié (ou bien des prestations offertes comme l’installation d’équipements ou la gratuité des frais de notaire).
Les “queues de programme”, correspondant aux logements invendus d’un programme, peuvent aussi être soumis à négociation, avec une décote de 10% environ. Restez toutefois vigilant quant à ces logements pour débusquer leurs éventuels points faibles.

Bon à savoir

Il n’est plus possible de négocier une fois le compromis de vente signé.
Ce document constituant un engagement juridique entre le vendeur et l’acheteur, on considère qu’un accord sur “la chose et le prix” a été trouvé et la vente est considérée comme “parfaite”.

Frédérique Moles
Par Frédérique Moles le 18/11/2022
Mis à jour le 18/11/2022
Prêt à concrétiser votre crédit immobilier ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Crédit immobilier

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 26 911 avis
230 Agences