CAFPI Courtier en crédit
CAFPI Mag
#Investir 

L’investissement locatif, le type de placement préféré des Français

Durant ce premier trimestre 2021, une étude sur l’investissement locatif en France a été menée. Qui investit, où, pour quels montants ou quels sont les freins à ce type d’investissement ? Découvrons ensemble les réponses à ces questions.

photo_interieure_investissement_locatif

Portrait type d’un investisseur français

À quoi ressemble un investisseur type, en France, en 2021 ?
D’après une étude de Maestos (spécialisé dans l’investissement locatif), l’investisseur type est jeune et urbain.
C’est souvent un français âgé de 25 à 34 ans, et vivant dans une assez grande ville (au moins 100 000 habitants).
Parmi les localisations préférées pour investir, beaucoup d’interrogés citent le Sud Ouest de la France, et le budget consacré à un investissement sera inférieur à 200 000 €.

On remarque qu’en dépit de la crise sanitaire, la majorité des sondés se disent prêts à investir, les français considérant - malgré le contexte - que la pierre est un placement concret, sûr et rentable.

Un attrait pour l’investissement locatif

Résidence principale, résidence secondaire ou investissement locatif, les français ont fait leur choix, et 1 personne sur 5 choisirait ce dernier support pour investir en 2021.
L'investissement locatif dépasse même les livrets d’épargne, l'assurance vie ou les actions en bourse.

Si ce type de placement séduit autant, c’est que les investisseurs espèrent bien se constituer un patrimoine qui leur permettra ensuite de compléter leurs revenus. Parmi les personnes interrogées, on constate aussi la volonté de réduire son imposition via les dispositifs de réduction fiscale.

Enfin, pour beaucoup, investissement locatif rime aussi avec placement sûr, donnant la possibilité de préparer l’avenir et éventuellement de faire face à une future réforme du système de retraite, permettant de vivre sa retraite sereinement et confortablement.

… mais une réalité différente

Mais si l’investissement locatif attire énormément, finalement peu de personnes sautent le pas (seuls 15% des sondés).
Parmi les raisons invoquées, on retrouve évidemment le contexte peu favorable à l’investissement, la crise sanitaire floutant la visibilité sur l’avenir.
Mais nombreux sont les individus renonçant aussi faute de disposer d’un apport personnel (le manque d’apport personnel n’étant pourtant pas toujours un frein à l’investissement). Les français ignorent souvent aussi l’effet de levier généré par un emprunt bancaire, permettant d’alléger ses charges tout en augmentant la rentabilité de l’opération.

Le frein principal reste donc l’absence de connaissance, le manque d’informations financières, fiscales, légales et techniques. Un accompagnement par un spécialiste de l’immobilier reste donc précieux pour investir.

Mis à jour le 21/05/2021
Rédigé par CAFPI le 21/05/2021
A lire sur le même sujet :