Les freins à la réalisation d’un premier achat immobilier seront nombreux en 2023 : des prix immobiliers toujours élevés, une hausse attendue des taux de crédit immobilier, des refus de prêt en raison d’un taux d’usure inadapté, etc. En dépit de ces obstacles, les Français rêvent encore et toujours de devenir propriétaires. Pour concrétiser le financement, plusieurs aides s’avèrent indispensables aux primo-accédants

Le prêt à taux zéro (PTZ)

Destiné aux primo-accédants d’une résidence principale, le PTZ complète un projet de financement. Accordé par l’État sous conditions de ressources, ce prêt sans intérêt est destiné aux primo-accédants (ou ceux qui ne sont pas propriétaires de leur résidence principale depuis 2 ans).

Le PTZ est prolongé jusqu’au 31 décembre 2023 et couvre les achats immobiliers dans l’ancien (en zones B2 ou C, avec travaux de performance énergétique importants) comme dans le neuf.

Le prêt à taux zéro est totalement gratuit et se rembourse sur 20, 22 ou 25 ans, avec une période de différé de 5, 10 ou 15 ans.

Les montants varient en fonction : 

  • de la localisation du bien (zones A, Abis, B1, B2 ou C), 
  • du nombre de personnes dans le foyer, 
  • du prix d’achat et de la nature de l’acquisition (neuf, ancien avec travaux). 

Le prêt d’épargne logement 

Loin d’être une nouveauté, le plan d'épargne logement (PEL) pourrait redevenir intéressant en cas de forte augmentation des taux. Plafonné à 92 000 euros, le montant du prêt dépend des droits acquis grâce à plus de 3 années d’épargne.

Le prêt issu d’un PEL bénéficie d’un taux réglementé en fonction de la date d’ouverture du plan.

Bonne nouvelle : à compter du 1er janvier 2023, le taux d'intérêt en phase d’épargne augmente de 1 % à 2 %. 

Le prêt social location-accession

Le prêt social location-accession (PSLA) est un prêt conventionné. Ce dispositif permet aux locataires de devenir propriétaires de leur propre logement, grâce à un crédit délivré par des opérateurs privés ou publics comme les organismes HLM.

Soumis à des conditions de ressources, le PSLA donne également accès à d’autres dispositifs comme l’exonération de taxe foncière jusqu’à 15 ans. 

Le prêt Action Logement

Les salariés du secteur privé peuvent bénéficier de ce prêt accession à taux réduit, d’un montant maximal de 40 000 euros. Des conditions de ressources sont susceptibles d’intervenir pour permettre aux primo-accédants les plus modestes d’accéder à la propriété. 

Bon à savoir

En complément des prêts aidés, des dispositifs fiscaux se révèlent utiles après l’achat : 

  • exonération de taxe foncière pour une durée maximale de 10 ans. Ce dispositif est ouvert aux primo-accédants dont l’État a participé à plus de 50 % à l’achat. 
  • subvention ANAH (Agence nationale de l’habitat) pour rénover les logements et améliorer la performance énergétique avec l’aide MaPrimeRénov’ notamment. 

En consultant un courtier immobilier, vous exposez votre situation personnelle et votre projet immobilier. A partir de ces éléments, votre courtier vous oriente vers les prêts aidés disponibles, qu’ils soient nationaux ou régionaux. Ces dispositifs fonctionnent pour le crédit immobilier mais aussi pour sa garantie à moindre coût. Les aides financières, exonérations fiscales, subventions sont nombreuses et votre courtier vous aide à monter le meilleur dossier de financement pour convaincre une banque. 

Maitane Beraza
Par Maitane Beraza le 16/12/2022
Mis à jour le 16/12/2022
Prêt à concrétiser votre crédit immobilier ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Crédit immobilier

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 28 320 avis
230 Agences