Vous avez trouvé le bien immobilier de vos rêves ? Vous voici à l’étape “recherche d’un financement”.
Mais quelles sont les conditions d’acceptation d’un crédit immobilier ?
Nous faisons le point sur les critères pris en compte par la banque pour étudier votre dossier, les garanties existantes pour garantir son prêt et les pistes à suivre en cas de refus. 

Les conditions d'acceptation de prêt

Avant de vous octroyer un crédit immobilier, l'organisme prêteur souhaite en savoir plus sur votre profil et votre situation afin d’évaluer votre solvabilité, et donc le risque pris en vous prêtant la somme désirée.
Pour mener cette étude, la banque s'appuie sur plusieurs critères :

Votre situation professionnelle

C’est le premier élément sur lequel va s’attarder l'établissement prêteur.
Si vous êtes en CDI, contrat de travail synonyme de stabilité, vous serez sans doute privilégié par la banque, surtout si vous avez un peu d’ancienneté dans votre entreprise.

Il n’est toutefois pas impossible d’obtenir un crédit quand on est en CDD ou au chômage ; à condition de prouver à son prêteur le sérieux de son profil, ses expériences passées, des perspectives d’embauches ou de CDI, etc.

Bon à savoir

Les indépendants devront présenter leurs 3 derniers bilans comptables pour prouver leur stabilité.

Votre âge

Les banques sont plus enclines à prêter à des emprunteurs jeunes, qu’elles pourront suivre durant une longue période, plutôt qu’à un emprunteur à la retraite.
Mais là encore, il nous faut nuancer et préciser que cela se passe souvent au cas par cas, suivant le projet, le dossier emprunteur, etc.

Votre taux d’endettement

Quelle part de vos revenus pouvez-vous consacrer au remboursement de votre prêt ? Le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) impose un taux d’endettement maximum de 35%.
Autrement dit, votre salaire ou revenu professionnel doit être environ 3 fois supérieur à votre mensualité de crédit.
Outre ce taux d’endettement, la banque prêteuse veillera à ce que vous disposiez d’un “reste à vivre” suffisant, afin de s’assurer du remboursement serein et fiable sur toute la durée du crédit qu’elle vous accorde (pas plus de 25 ans).

Votre apport personnel

Toujours dans le but d’être rassurée sur votre solvabilité, la banque pourra voir d’un très bon œil la présence d’un apport personnel.
Le montant de cet apport sera une des conditions d'acceptation d’un crédit immobilier, car un signal très fort de votre capacité à épargner, gérer un budget… et donc à rembourser un crédit contracté sans difficulté.
Si vous le pouvez, tâchez d’avoir un apport personnel représentant 10 à 20% du montant du bien que vous voulez acheter, afin de couvrir les frais de notaire ainsi que les frais de garantie.

Votre gestion financière

Dernier critère étudié par les banques, et pas des moindres : la gestion de vos finances.
Pour achever de convaincre votre prêteur, il vous faudra démontrer votre capacité à gérer votre budget, sans découvert ni incident de paiement. Vous ne devez pas non plus être ou avoir été fiché à la Banque de France.

Comment faire pour que la banque accepte un crédit immobilier ?

Voici plusieurs pistes pour convaincre une banque de vous suivre dans votre projet immobilier en vous accordant le crédit dont vous avez besoin :

  • Assurez-vous que votre projet immobilier soit réaliste, c’est-à-dire que le prix du bien immobilier soit dans vos moyens et que le remboursement sera donc bien possible.
  • Respectez les contraintes de taux d’endettement et reste à vivre, limitantes mais garantes de la sérénité de vos remboursements.
  • Choisissez bien la durée de votre crédit : en vous endettant sur le long terme, vos mensualités seront moins hautes mais le coût du crédit sera plus important.
  • Attendez le bon moment : demander un prêt immobilier lorsque l’on est en période d’essai ou que l’on vient de se lancer dans l’entreprenariat n’est pas toujours une bonne idée. Mieux vaut attendre d’avoir une situation stable et pérenne.
  • Soignez votre profil emprunteur : présentez un dossier solide, avec une capacité d’emprunt réaliste, la présence d’un apport personnel, une bonne maîtrise de vos finances.

Si tous ces objectifs sont atteints, cela constitue la première étape d’acceptation de votre crédit immobilier.

Vous avez besoin d’une caution pour votre crédit ? Il s’agira de la deuxième étape d’acceptation.

Bon à savoir

Faites-vous accompagner par un courtier qui saura vous conseiller et analyser ce qui vous convient en fonction de votre profil.

Garantir son crédit immobilier

Avant de vous accorder un crédit, la banque voudra être sûre de pouvoir récupérer son argent en cas de défaillance de paiement de votre part.
Vous pourrez ainsi être mis en relation avec un organisme de cautionnement - comme le Crédit Logement - afin que ce dernier cautionne votre prêt. Par ce biais, la banque se protège, et en cas de défaut de paiement, peut se tourner vers l’établissement de cautionnement pour obtenir le remboursement du prêt.

L'organisme de cautionnement étudie votre dossier puis donne une réponse favorable ou défavorable.

  • En cas de réponse favorable, un contrat sera établi, stipulant les conditions du prêt immobilier que l’organisme de cautionnement s’engage à garantir, et précisant également les engagements pris par l’emprunteur.
    La banque sera alors rassurée dans sa décision de vous attribuer le crédit.
  • En cas de réponse négative, la banque pourra tout de même accéder à votre demande de prêt, mais elle pourra vous proposer une autre garantie, telles que l’hypothèque, l’Inscription en Privilège du Prêteur de Deniers (IPPD) ou le nantissement.
Bon à savoir

La caution repose sur une analyse attentive de votre dossier emprunteur et sur une mutualisation des risques, tandis que l’hypothèque et l’IPPD sont appelées “sûretés réelles”.

L’organisme de cautionnement se rémunère via une commission versée par l'emprunteur. Une participation au Fonds mutuel de garantie (FMG) est aussi prévue, restituable en partie selon l’organisme choisi.

D’autres garanties peuvent venir compléter ou remplacer la caution 
En fait, plus la banque disposera de garanties fiables, plus vos chances d’obtenir un crédit seront grandes.

La banque peut-elle refuser un prêt ?

Elle peut refuser de vous accorder un prêt, si vous avez par exemple sollicité un montant trop important pour votre capacité d'emprunt.

L’absence d’apport personnel pourra également motiver le refus d’une banque.

Que faire en cas de refus ?

En cas de refus, ne vous découragez pas, vous disposez de plusieurs solutions pour mener à bien votre projet.

Vous pouvez déjà décaler votre projet de quelques mois, afin de prendre le temps d’assainir vos comptes ou de compléter un apport personnel un peu faible.
C’est peut-être aussi l’occasion de sélectionner un autre bien immobilier, davantage dans votre budget.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à être accompagné par un courtier. Il connaît les critères d’octroi des différents établissements bancaires et saura donc vous orienter pour que votre prêt immobilier soit accepté plus facilement.

Enfin, renseignez-vous sur la cause de refus :

  • Si vos garanties ne sont pas assez solides, vous pouvez en ajouter ou en remplacer ;
  • Si votre endettement est trop important et/ou votre reste à vivre insuffisant, ce sera l’occasion de revoir votre budget et de recalculer votre capacité d’emprunt.

Ces différents éléments vous permettront d’améliorer votre dossier emprunteur et retenter votre chance auprès d’un établissement prêteur avec plus de chances d'obtenir le crédit désiré.

À retenir
  • Pour décider ou non de vous accorder un crédit, la banque étudie plusieurs éléments : situation professionnelle, âge, taux d’endettement, présence d’un apport personnel, gestion des comptes bancaires,...
  • De votre côté, vous avez aussi la main sur le succès de votre projet, en vous assurant que votre projet soit réaliste (prix du bien), que votre crédit est pragmatique (durée du crédit, taux d’endettement, reste à vivre) et que votre profil emprunteur est soigné et convaincant.
  • La banque peut aussi vous demander de garantir votre prêt.
  • Une banque est libre de refuser d’accorder un crédit immobilier, mais il vous reste d’autres solutions : faire appel à un courtier, décaler ou revoir votre projet, enrichir votre apport personnel.
Frédérique Moles
Par Frédérique Moles le 07/09/2022
Mis à jour le 07/09/2022
Prêt à concrétiser votre crédit immobilier ?
Obtenir mon avis de faisabilité

Crédit immobilier

N'attendez plus
pour avoir une réponse
Démarrer une étude gratuite
  • 3 minutes
  • Sans engagement
4,7/5 - 25 557 avis
230 Agences