CAFPI Courtier en crédit

Rachat de prêt in fine

Vous êtes détenteur d’un prêt in fine et envisagez de faire un rachat de crédits ? Découvrez le guide : procédure, frais, écueil éventuel … CAFPI vous dit tout sur le rachat de prêt in fine.

Le prêt in fine : définition

Un prêt in fine désigne un crédit immobilier offrant la possibilité de rembourser uniquement les intérêts et les mensualités d’assurance pendant la durée du prêt ; ce n’est qu’au terme de cette durée que le remboursement du capital a lieu, en un seul versement.

En parallèle, l’emprunteur se doit se constituer une épargne pour rembourser ce capital. Pour s’assurer de la capacité de l’emprunteur à rembourser le capital, l’organisme prêteur peut exiger un versement unique et/ou des versements mensuels sur un produit d’épargne de son choix, comme une assurance-vie.

Comment faire un rachat de prêt in fine ?

Plusieurs situations peuvent motiver un détenteur de prêt in fine à réaliser un rachat de crédits in fine : le souhait de repartir sur un prêt amortissable (notamment pour choisir le montant des mensualités) ou encore une baisse des taux.

Bon à savoir

Il est plutôt conseillé de procéder à un rachat de crédits in fine au début du remboursement du prêt, afin de réduire le coût des intérêts.

Pour effectuer un rachat de crédits in fine, l’emprunteur doit, comme pour tout rachat de crédits, constituer un dossier de financement.
A l’organisme prêteur ensuite d’étudier la faisabilité du projet et d’apporter une solution positive - ou négative - à la demande de rachat de prêt.

En cas de réponse positive, le nouveau prêt prendra la forme d’un remboursement amortissable, “ classique ”.

L’avantage majeur du rachat de prêt in fine est qu’il permet de libérer l’épargne auparavant adossée au crédit : l’emprunteur peut donc financer de nouveaux projets comme l’achat d’un bien immobilier, d’une voiture, la réalisation de travaux ou encore des études.

Rachat de prêt in fine : la difficulté liée au nantissement

L’obstacle principal lors de la mise en place d’un rachat de prêt in fine est le transfert du nantissement.

Lorsque l’on sait que le nantissement représente parfois 50 ou 60 % du montant du prêt, cela sous-entend que l’emprunteur doit disposer d’une capacité financière importante s’il souhaite faire racheter son crédit.

S’il ne souhaite pas déplacer son épargne, l’emprunteur pourra essayer de faire accepter le nantissement de son placement d’origine à son nouvel organisme prêteur.
Mais souvent, le nouvel établissement prêteur exige de l’emprunteur qu’il transfère son contrat d’assurance-vie (ou d’autre placement financier) vers l’un de ses supports. Or, c’est ce transfert qui peut impliquer des coûts et surcoûts significatifs.

Les frais à prévoir pour un rachat de prêt in fine

Outre le coût éventuel de transfert du nantissement, d'autres frais sont à anticiper :

A l’emprunteur de vérifier que l’opération est rentable, notamment en effectuant des simulations en amont, et en étant bien accompagné, par exemple par un courtier en crédit.

A retenir

  • Pour rappel, le prêt in fine est un crédit dont l’emprunteur rembourse les intérêts et l'assurance pendant la durée du prêt, et le capital du crédit au terme de l’échéancier, en un seul versement.
  • Pour effectuer un rachat de prêt in fine, l’emprunteur doit constituer un dossier de financement.
  • Le transfert du nantissement (l’épargne adossée au crédit, servant de garantie de remboursement à la banque) peut être un challenge, puisque l’organisme prêteur peut exiger que l'emprunteur déplace cette épargne sur l'un de ses supports. Malheureusement, cela engendrera un surcoût.
  • Parmi les autres frais à prévoir, on retrouve les indemnités de remboursement anticipé, les frais de garantie ou encore les frais de dossier.

Regroupez tous 
vos crédits en un seul !

  • Obtenez le meilleur taux
  • Réduisez vos mensualités
  • Recevez une étude personnalisée
  • 14519 avis clients certifiés
    4,7 clients sur 5 sont satisfaits
  • 1 seule mensualité
    pour tous vos crédits
  • Plus de 230 agences
    en France et DOM-TOM